Saint-Cirq-Lapopie, village incontournable !

Il y a deux manières de découvrir le village médiéval de Saint-Cirq-Lapopie ; par ses ruelles étroites et depuis sa rivière. Profitez de votre croisière fluviale sur le Lot pour faire un stop à la halte nautique de Saint-Cirq-Lapopie.

Le bourg médiéval compte 13 monuments historiques et 4 lieux de visite et est classé parmi les « plus beaux villages de France ». Accroché sur une falaise de calcaire à 108 mètres au-dessus du Lot, c’est l’un des sites majeurs de la vallée du Lot. Vous pourrez y découvrir entre les ruelles médiévales pavées plusieurs ouvrages de l’époque telle que l’église Saint-Cirq et Saint-Julitte, les ruines du château des familles seigneuriales du Moyen-Age, la maison de la Fourdonne et son jardin d’architecture Renaissance ainsi que les animations qui y sont souvent proposées (pièce de théâtre, exposition, concert…) ou encore la Maison Breton où l’on se remémore les années « impressionnistes » de Saint-Cirq-Lapopie.

Si « Saint-Cirq » viendrait du nom de ce martyr chrétien d’Asie Mineure (tué dit la légende à 5 ans pour n’avoir pas renié sa foi) dont Saint-Amadour aurait ramené les reliques au village perché avant d’aller s’établir à Rocamadour, le nom « Lapopie » vient du mot occitan « popa » ou « popia » qui signifie tertre, monticule, rappelant la forme du rocher sur lequel est bâti le village. Ainsi les premiers Seigneurs de Saint-Cirq ont pris le nom du lieu : les Seigneurs de La Popie. Sont venus ensuite se greffer au village les Cardaillac et les Gourdon, tous affiliés au Comte de Toulouse.

La vie au village décline avec la Guerre de Cent Ans qui aura littéralement ravagé le Quercy, puis c’est une véritable renaissance à laquelle nous assistons avec l’établissement de nombreux artisans au village. Peaussiers, chaudronniers et surtout tourneurs sur bois (qui formèrent la confrérie des « Roubinettaïres », fabricants de robinets que l’on attachaient aux barriques de vin de Cahors) s’installent ici et profitent de la rivière pour faire acheminer leurs productions vers Cahors ou même jusqu’à Bordeaux. Ce trait d’union entre le haut de village qui fabrique et le bas du village qui transporte (gabariers, éclusiers, paysans, charpentiers, haleurs…) sera l’âge d’or de Saint-Cirq-Lapopie.

Puis viendra la 1ère Guerre Mondiale, puis la 2ème, endormant le village à nouveau. Mais le village renaît une 2ème fois, cette-fois ci grâce aux artistes qui trouvent en Saint-Cirq un village « dans son jus » propice à l’inspiration. Le plus célèbre d’entre eux, le poète André Breton, dira même « J’ai cessé de me désirer ailleurs ».

Allez-vous, à l’image d’André Breton, cesser de vous désirer ailleurs en découvrant le village perché ? En tous cas, c’est une étape incontournable de votre séjour en bateau sur la rivière Lot.